Toutes les fiches films

Films disponibles dans l'abonnement

Ce film n’est pas inclus dans l’abonnement, voir les films de l’abonnement  

Fiche rédigée par  Antoine De Ducla Avatar de Antoine De Ducla

Notez ce film

Synopsis

Au Japon, à l'époque du Moyen-Âge, un petit village est constamment persécuté par une bande de voleurs tyranniques. L'ancien du village propose alors aux autres villageois d'engager des samouraïs pour les défendre contre l'ennemi en surnombre. Sept samouraïs finiront par accepter l'offre...

Voir plus

L'avis de Benshi

En 1953, Akira Kurosawa réalisait non seulement l'un de ses plus grands films mais aussi l'un des piliers du cinéma japonais (et même du cinéma mondial). Chef d'œuvre épique, dans lequel action et lyrisme ne font qu'un, Les sept samouraïs éblouit encore aujourd'hui par la maîtrise de sa mise en scène et sa force dramatique.

Sept étrangers, sept hommes intègres et justes maniant le sabre comme personne, sont prêts à risquer leur vie pour défendre les plus faibles des ignobles bandits qui n'hésitent pas à piller et tuer. Mais face à la menace d'un ennemi en surnombre, les samouraïs ne peuvent pas se contenter de leur maniement du sabre. Leurs principaux atouts pour combattre les bandits seront l'ingéniosité, la stratégie et l'organisation. En effet, en rassemblant les paysans autour d'eux, les samouraïs les encouragent à ne plus craindre les bandits et à se défendre. Progressivement, le village se transforme en forteresse et ses villageois en petite armée. Si Les sept samouraïs est un film d'action, il prend aussi le temps de nous expliquer comment mener un combat pour le remporter : connaître l'espace (le village, ses alentours) pour mieux l'utiliser en sa faveur, et s'unir, rester solidaire pour augmenter la force et la détermination de chacun.

Si les affrontements sont spectaculaires (la bataille finale est un grand moment d'anthologie), l'histoire est également très forte dramatiquement. Certains samouraïs payent de leur vie pour la défense du village. S'ils ont décidé de lui venir en aide, c'est avant tout animés par un désir de justice et de dignité. Tous sont des hommes droits et braves, qui forcent l'admiration, y compris le plus téméraire de tous, Kikuchiyo (interprété majestueusement par le grand Toshiro Mifune). Ce dernier est provocateur et ingérable, mais c'est peut-être l'un des personnages les plus émouvants du film. Car sous sa fougue se cache en réalité une douleur profonde et un désir de revanche sur la vie. Il représente à lui seul l'esprit du film : le souffle de l'aventure, l'énergie de l'action.

Qu'il s'agisse de la caméra, des personnages ou des éléments naturels (vent, pluie), tout dans ce film n'est que mouvement et action. On ne peut que se laisser transporter par cette aventure mémorable, et constater ce qu'est vraiment l'héroïsme et la grandeur. Un chef d'œuvre !

Voir plus

Pour quel public ?

A partir de 11 ans. Pour la violence des combats, l'aspect dramatique de l'histoire et sa longeur (plus de trois heures), ce film n'est pas adapté à des enfants trop jeunes. Nous le recommandons plutôt à un jeune public mature, ayant déjà un certain bagage cinématographique.

Bonnes raisons de voir le film

  • Parce que c'est l'un des plus grands films d'aventure et d'action de tous les temps
  • Pour découvrir la beauté du Japon médiéval et le code d'honneur des samouraïs
  • Parce que c'est le film préféré de votre rédacteur !

Infos complémentaires

Né le 23 mars 1910 à Tokyo, Akira Kurosawa est reconnu comme l'un des plus grands réalisateurs du cinéma japonais. Il est l'auteur de nombreux classiques du cinéma, notamment des films de samouraïs comme Le château de l'araignée (1957) ou La forteresse cachée (1958), qui fut l'une des principales influences de George Lucas dans la création de Star Wars. Jusqu'à aujourd'hui, les films de Kurosawa ont influencé plusieurs générations de réalisateurs (Peter Jackson s'inspira des scènes de bataille des Septs samouraïs pour celles du Seigneur des anneaux : les deux tours).

Le tournage des Sept Samouraïs fut long et difficile pour Akira Kurosawa : au départ, il ne devait durer que trois mois et s'étala finalement sur un an. Kurosawa affronta plusieurs problèmes importants : des conditions météorologiques difficiles qui rendaient le tournage en extérieur compliqué et des conflits avec les producteurs du film (le film fut le plus cher du cinéma japonais à l'époque).

Pour la petite anecdote et pour rendre compte de la difficulté du tournage, lorsqu'il fallut tourner la célèbre scène du combat final sous la pluie, Kurosawa avait demandé de prévoir six camions-citernes pour créer une pluie artificielle. Or, l'assistant de Kurosawa n'en avait prévu que trois. Ainsi, l'humidité sur le lieu de tournage était telle que tous les membres de l'équipe devaient se déplacer avec des bottes et s'enfonçaient dans la boue.

A sa sortie, Les sept samouraïs devint l'un des plus grands succès du cinéma japonais. Autant dans son pays d'origine qu'à travers le monde, il fut acclamé par la critique et le public. A l'étranger, le film fut exploité dans une version raccourcie de plusieurs minutes car les exploitants craignaient à l'époque que le public occidental s'ennuit devant la longueur du film.

Présenté en 1954 au Festival International de Venise, Les sept samouraïs y remporta le Lion d'Argent.

Toshiro Mifune (1920-1997), l'interprète de Kikuchiyo, fut la plus grande star du cinéma japonais. Sa collaboration longue et fructueuse avec Akira Kurosawa (ensemble, ils tournèrent près de dix-sept films entre 1948 et 1965, dont la plupart connurent le succès) lui permit d'accéder à la renommée internationale, au point de tourner ensuite à Hollywood.

Les Sept Samouraïs fit l'objet d'un remake sous la forme d'un western : Les sept mercenaires, réalisé en 1960 par John Sturges avec Yul Brynner, Steve McQueen, Charles Bronson, James Coburn et Eli Wallach. Dans le remake, ce sont des américains qui viennent en secours à des paysans mexicains et les colts remplacent les sabres. Kurosawa apprécia tout particulièrement le remake de son film, si bien qu'il offrit à Sturges un sabre japonais.

Pour aller plus loin

Pour en apprendre davantage sur l'histoire des samouraïs, nous vous recommandons le livre Les samouraïs de Deborah Murrell et Peter Dennis aux Editions Babiroussa.

Par chance, Les sept samouraïs a été restauré et réédité en DVD et Blu-Ray aux éditions La Rabbia. D'autres classiques de Kurosawa comme La forteresse cachée (que nous vous recommandons si vous avez aimé Les sept samouraïs) sont à découvrir chez Wild Side.